DAVID DJAÏZ, essayiste

David Djaiz Le nouveau modèle français

LE NOUVEAU MODÈLE FRANÇAIS

Le discours sur le déclin français a pris des proportions quasi obsessionnelles au cours des dernières années. Certains chantres d’un passé mythifié en ont même fait leur fonds de commerce, au point de lui donner des allures de névrose nationale. Ils exploitent un manque : nous n’avons plus de modèle de société.

Celui qui nous guidait, inventé à la Libération, a fait entrer la France dans la modernité. Mais depuis maintenant trente ans, il connaît une longue déliquescence : économie ralentie, panne de l’innovation, société fracturée, démocratie dévitalisée… Il ne répond plus aux spécificités et aux contraintes d’un monde contemporain mondialisé et ultraconnecté où la France peine à trouver sa place.
Orphelins d’un nouveau modèle, nous sommes tentés d’importer ceux de nos voisins ayant réussi à s’adapter avec succès. Une telle greffe est cependant impossible. C’est en puisant dans notre identité républicaine et en développant ce qui germe déjà au sein de notre société que se dessinera le modèle qui va nous projeter dans le XXIe siècle. Il est déjà là, mais à bas bruit. Confiance retrouvée dans la nation comme écluse de la mondialisation, retour du long terme au cœur de nos institutions, réindustrialisation verte, développement d’une économie du bien-être créatrice de valeur et de liens sociaux : un nouveau projet de société émerge, capable de rassembler une majorité d’entre nous.
Ce livre en dresse le portrait.

 

 

« Un manuel aux idées détonnantes pour sortir de la torpeur. »

Nicolas Demorrand, France Inter

 

«  Un livre à l'enthousiasme courageux. »

Sophie Fay, L'Obs

«  Allier performance économique, préservation des écosystèmes et cohésion sociale, relocaliser massivement les activités, retrouver un ancrage territorial ... Tels sont les axes du nouveau modèle français défendu par David Djaïz. »

Kevin Boucaud-Victoire, Marianne

 
Couverture de Slow Démocratie livre de David Djaiz

SLOW DÉMOCRATIE

Peut-on reprendre le contrôle d’une mondialisation débridée dont les dégâts se font sentir chaque jour sur la démocratie, l’environnement et la justice sociale ? Oui. Grâce aux nations.

Un tel propos peut paraître contre-intuitif à tous ceux qui voient la nation comme un totem identitaire. Mais ce livre montre qu’elle reste le levier le plus efficace pour ne plus être les témoins impuissants des dérèglements en cours.


Humanistes, progressistes, sociaux-démocrates, écologistes : n’ayons plus peur de nous en saisir ! Car il y a urgence. Les classes moyennes occidentales laminées ne veulent plus d’un système qui profite d’abord aux élites. Gilets jaunes en France, Brexit en Angleterre, Trump aux États-Unis, Orbán en Hongrie, Salvini en Italie, mais aussi Bolsonaro au Brésil : les peuples crient leur colère et veulent reprendre le pouvoir, souvent sous les traits de l’homme fort. Une internationale d’extrême droite se met en place. La démocratie libérale que l’on croyait indéracinable est en danger de mort.


Alors remettons la nation démocratique au cœur de l’agenda progressiste. Arrachons-la des mains des identitaires et des anti-européens qui la réduisent à des fantasmes nationalistes. Prenons conscience qu’elle est plus nécessaire que jamais pour équilibrer la mondialisation. Aimons-la. Elle seule nous permettra de concilier démocratie, mondialisation et écologie, d’aller vers une Slow Démocratie.

Prix étudiant du livre politique 2020

Prix Édouard Bonnefous de l’Académie des sciences morales et politiques

« Un essai lucide et courageux … Convoquant l’histoire, la littérature, l’économie et la philosophie avec virtuosité, il rappelle les vertus protectrices d’une nation inclusive. » Le Point

«  Son travail se distingue par une description détaillée de la mondialisation et de ses conséquences. » Le Figaro Magazine

«  Dans la lignée des travaux de Yascha Mounk sur la fatigue démocratique qui touche nos sociétés, le jeune haut fonctionnaire livre un plaidoyer en faveur de la nation. »

Le Nouveau Magazine Littéraire

Couverture de la guerre civile n'aura pas lieu, livre de David Djaiz

LA GUERRE CIVILE N'AURA PAS LIEU

 

Tout a été dit sur les attentats qui frappent la France.

Sauf l’essentiel. Nation, État, Europe, islam, monde et,
surtout, religion, politique : tels sont les termes qu’il s’agit de penser et que repense ici David Djaïz en s’emparant du spectre de la guerre civile qui hante la Cité des hommes.
Des origines à aujourd’hui, des conflits intestins dévorant la Grèce antique au djihad global enflammant désormais la planète, en passant par la Saint-Barthélemy, l’ère coloniale et la bataille d’Alger, cette archéologie historique éclaire comme jamais les malentendus du présent. Convoquant Thucydide et Hobbes, Montaigne et Schmitt, Ibn-Khaldûn et Sayyid Qutb, cette enquête philosophique désencombre l’horizon des peurs et des préjugés de l’heure. Dénonçant dérives communautaristes et illusions sécuritaires, cette critique des fausses réponses actuelles restitue le débat à ses vrais enjeux.
À moins de comprendre pourquoi et comment le conflit interne est inhérent au fait de société et en détermine la vie même, nous ne saurons ni résister, ni avancer.


Un premier essai flamboyant qui soumet l’espérance à la lucidité.